Le paracétamol : mortel à haute dose régulière

Le médicament préféré des Français serait mortel. A condition d’en prendre beaucoup trop et tous les jours. Assureo.fr, votre spécialiste de l’assurance santé, fait le point pour vous.


La star du médicament

Si vous ne le connaissez pas encore, le paracétamol est « le » médicament contre la douleur et la fièvre (les médecins disent « analgésique » et « fébrifuge »). Doliprane, Dafalgan, Efferalgan, quelle que soit sa marque de fabrique, les Français l’adorent. En plus, il est d’accès facile : il se vend sans ordonnance.
Cependant les médecins, en le prescrivant, et les pharmaciens, en le vendant, répètent toujours qu’il ne faut pas en abuser. La dose maximale autorisée de paracétamol est de 4 g par jour. En ne dépassant jamais 1 gramme d’un coup et en espaçant les prises d'au moins 4 heures.


Surdosage de paracétamol : nocif pour le foie

A l’université d’Edimbourg, l'équipe de Dr. Kenneth Simpson et l'Unité de Transplantation hépatique écossaise se sont penchées sur les effets d’un surdosage de paracétamol. Quelles conséquences sur le long terme ?
On sait déjà qu’il attaque le foie. C’est d’ailleurs la première cause d’hépatite aiguë en France, et même de greffe de foie. Selon le professeur Larray, hépato-gastro-entérologue au CHU de Montpellier, sur 181 greffes du foie en France dues à des hépatites aiguës graves, 64 sont dues à une intoxication au paracétamol.

Mortel à long terme

Les chercheurs écossais ont observé 663 patients entre 1992 et 2008, hospitalisés pour des lésions hépatiques graves causées par le paracétamol. Les ¾ d’entre eux avaient absorbé en une seule fois une dose massive pour soulager un mal de tête, de dos, d’estomac ou de dents.
Et ¼ seulement de ces patients avaient plutôt pris une légère surdose, pendant une semaine.
Au bout du compte, les chercheurs ont constaté que le léger surdosage régulier était bien plus nocif qu’une intoxication massive une seule fois. Et les cas les plus sérieux ont conduit au décès.
Il reste que dans tous les cas, il ne faut jamais en abuser, ni une fois ni régulièrement.
Autre conseil d’Assureo : pas de paracétamol après une fête bien arrosée. L’alcool est déjà très mauvais pour le foie, inutile d’y ajouter un médicament qui va l'attaquer encore plus. Le mieux est donc d’éviter les excès d’alcool…


© Reed Contents, Laurence de Percin, janvier 2011